Hubert Damisch

DamischHubert DAMISCH
UN SOUVENIR D’ENFANCE PAR
PIERO DELLA FRANCESCA

à mi-chemin entre l’hommage et la satire, à la fois proche et lointain de « l’homme Léonard » de Freud, Hubert Damisch oublie « l’homme Piero » pour analyser une œuvre d’art construite comme un souvenir d’enfance qui met en scène la plus vieille question de l’humanité : D’où venons-nous ? Et, d’abord, d’où viennent les enfants ?
De la légende d’Œdipe au mystère chrétien de l’Incarnation, d’innombrables mythes racontent l’énigme de la conception et de la naissance comme un récit des
origines de la mémoire humaine.
Pour dire Un Souvenir d’enfance par (et non de) Piero della Francesca, Hubert Damisch envisage une fresque au motif singulier : la Vierge, vêtue d’une longue robe bleue déboutonnée sur le devant et les côtés, a la main gauche posée sur la hanche ; des doigts de la main droite, elle effleure la longue fente qui s’ouvre sur un ventre bombé.
Ce geste sans exemple est celui de la Madonna del parto de Monterchi, non loin de Borgo San Sepolcro où Piero naît en 1406. L’auteur nous invite à le suivre dans le silence de cette chapelle toscane.
à la compréhension historique de la « Vierge de l’enfantement » dans l’œuvre d’un Piero à la fois peintre et mathématicien, alliant l’intuition au concept, Hubert Damisch joint une dimension anthropologique. Par-delà la fiction sacrée du mystère chrétien, l’image de cette Vierge entrevue n’a rien perdu de ses pouvoirs : elle renoue avec la mémoire archaïque de la « toujours jeune humanité ».
1997, 192 pages.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s