Milad Doueihi

Doueihi
MILAD DOUEIHI
HISTOIRE PERVERSE
DU CŒUR HUMAIN

Les aventures du cœur humain orientent plus d’un mythe et d’innombrables chefs-d’œuvre de la littérature ancienne et moderne.
Organe central, microcosme à l’image de l’univers culturel qui le conçoit, le cœur suscite amour et violence, passions
érotique et mystique, don de soi ou meurtre sanglant.
On retrouve ainsi, du Moyen âge à la fin du xviie siècle, d’étranges histoires mêlant une cuisine de l’horrible à la dévotion amoureuse lorsque le mari jaloux tue l’amant de sa femme pour lui offrir son cœur en pâture.
à la rivalité entre époux peut se substituer la relation du père avec sa fille. Et dans cette cuisine macabre, le cœur peut s’associer au sexe de l’amant.
Au-delà des tensions de l’amour courtois, Milad Doueihi évoque l’image du cœur dévoré, lorsque Francis Bacon
rappelle que « ceux qui n’ont point d’amis à qui s’ouvrir sont pour leur propre cœur des cannibales ». L’auteur montre
aussi combien la théologie du Sacré Cœur a pu jouer un rôle déterminant dans les légendes de cœur mangé. Ou encore, comment ces histoires de consommation perverse peuvent s’éclairer par le mystère de l’Eucharistie – consommation magique et mystique du corps du Christ.
Pour les théologiens, le Christ demeure le cœur et le centre de l’histoire.
La découverte de la circulation du sang par Harvey, en 1628, et la physique cartésienne font perdre au cœur sa centralité symbolique au profit du cerveau. Inaugurant de nouvelles perspectives, Pascal ouvre alors au cœur les voies subtiles de l’intelligence intuitive, à l’articulation de la mystique et de la science.
Traduit de l’américain par Pierre-Antoine Fabre.
1996, 224 pages.

Un commentaire sur “Milad Doueihi

  1. Cette séance peut intéresser vos fidèles:
    >> MILAD DOUEIHI : L’OUBLI NUMERIQUE
    5 MARS, 18H30, CENTRE POMPIDOU, PETITE SALLE
    « L’oubli est l’impensé et l’impensable de la technique et de la culture numérique, car il a toujours été considéré comme quelque chose à conquérir. L’oubli nous montre la différence entre le réseau et ses archives, d’un côté, et l’homme et sa mémoire, de l’autre. Cette différence nous incite à penser les mutations liées à la numérisation. » M.D
    Milad Doueihi est titulaire de la Chaire de recherche sur les cultures numériques à l’université Laval (Québec). Il a publié notamment (Le Seuil / « La Librairie du XXIe siècle »): La Grande Conversion numérique (2008) et Pour un humanisme numérique (2011) ; (PUF / « Hors Collection »): Qu’est-ce que le numérique? (2011).
    Une conférence de Milad Doueihi

    Organisateur: Ddc/Parole, Jean-Pierre Criqui
    Pour en savoir plus : hannah.jablonski@centrepompidou.fr

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s