Lydia Flem

Flem_1Lydia FLEM
Comment
j’ai vidé la maison
de mes parents

L’héritage n’est pas un cadeau. Comment recevoir des choses que l’on ne vous a pas données ? Comment vider la maison de ses parents sans liquider leur passé, le nôtre ? Les premiers jours, je me persuadai que j’allais « ranger » et non pas « vider » la maison de mes parents. Il m’arriva plusieurs fois de prononcer un verbe pour l’autre.
Combien sommes-nous à vivre sans en parler à personne ce deuil qui nous ébranle ? Comment oser raconter ce désordre des sentiments, ce méli-mélo de rage, d’oppression, de peine infinie, d’irréalité, de révolte, de remords et d’étrange liberté qui nous envahit ? À qui avouer sans honte ou culpabilité ce tourbillon de passions ?
À tout âge on devient orphelin.
L . F .

2004, 160 pages.

2 réflexions au sujet de « Lydia Flem »

  • 18 janvier 2005 à 17 05 44 01441
    Permalink

    Ce livre m’a beaucoup plu !

    Répondre
  • 25 septembre 2006 à 10 10 46 09469
    Permalink

    Le livre m’a beaucoup plu, impressionne…surtout un paragraphe sur la douleur du deuil. Le raccourci n’existe pas! Un paragraphe que j’ai partage avec plusieurs personnes endeuillees et qui les a aidees. MERCI pour ces mots apaisants.

    Répondre

Répondre à annette Hardy Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :