Une réflexion au sujet de « Parole de psychanalyste »

  • 18 janvier 2005 à 13 01 41 01411
    Permalink

    pioché au pif dans un bouquin qui traine:
    « Le fait capital est, cependant, la complication créée par la multitude des désirs et leurs possibilités illimités de multiplication insensée. »
    Paul Diel

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :