Lettres d’amour en héritage -blog

Lu sur http://yansor.blogs.psychologies.com/fig_tree/2006/10/lettres_damours.html

3 oct. 2006
Lettres d’amour en héritage

Vous ne savez pas quoi faire ce week-end ? Eh bien lisez le dernier livre de Lydia Flem.

« Parmi tous les souvenirs qui me restaient de mes parents, ceux qui occupaient une place unique, les plus fragiles, peut-être, se trouvaient dans trois boîtes découvertes dans leur grenier. Trois boîtes en carton que j’avais emportées chez moi sans les ouvrir. Je savais qu’elles contenaient la correspondance amoureuse que mes parents avaient échangée pendant trois ans, entre leur rencontre fin septembre 1946 et leur mariage le 1er décembre 1949. Fallait-il les jeter sans les regarder ou bien les lire ? Etait-ce indiscret ou même incestueux ? »

Dans sa dédicace, l’auteur m’écrit  » Pour T de R , d’où venons nous ? » Ce n’est pas un roman, et je ne lis que des romans, ou presque, vous le savez, mais celui là, va savoir, j’ai très envie de le lire. Je m’y plonge. La plume est sensible, touchante. C’est un livre empreint d’emotion, de tendresse. Il en émane une nostalgie presque « modianesque ». Pendant dix mois, l’auteur a lu les lettres intimes de ses parents, décédés. Au fil des mots, de leur écriture si personnelle qui la remue profondément, elle découvre deux jeunes gens qu’elle ne connaissait pas. Leur rencontre, leur amour, leur histoire, leurs secrets, jusqu’à leur mariage, et son arrivée à elle dans leur vie. On a l’impression que, apaisée, Lydia Flem, parvient enfin à faire son deuil , en se familiarisant avec l’intimité passée de ses parents. En comprenant enfin d’où elle vient. Ca ce lit comme un roman, et oui, ça c’est un compliment.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :