7 réflexions au sujet de « Table d’écriture du 8 novembre : machine Royal, planisphère et ruban noir »

  • 8 novembre 2007 à 20 08 32 113211
    Permalink

    La « machine à écrire » est chose pareille à moi: de fer et cependant facile à détraquer, surtout en voyage.
    Patience et tact faut-il infiniment avoir
    de fins doigts pour se sevir de nous.

    Nietzsche, Fragments posthumes, Février-mars 1882

    Répondre
  • 11 novembre 2007 à 19 07 32 113211
    Permalink

    Merci pour cette belle citation de Nietzsche. Sommes-nous aujourd’hui comme les ordinateurs, puissants et aléatoires?

    Répondre
  • 11 novembre 2007 à 20 08 19 111911
    Permalink

    Si nous sommes comme les ordinateurs, c’est dans notre fragilité…

    Répondre
  • 11 novembre 2007 à 20 08 26 112611
    Permalink

    Notre fragilité, c’est aussi notre créativité, à nous pauvres humains mais pour les ordianteurs, est-ce le cas?

    Répondre
  • 11 novembre 2007 à 22 10 51 115111
    Permalink

    La créativité des ordinateurs, en tout cas pour le moment, repose sur l’humain.

    Répondre
  • 11 novembre 2007 à 23 11 00 110011
    Permalink

    Mais il paraît que dans les laboratoires se créent des robots qui s’engendrent eux-mêmes…
    Produisent-elles de l’aléatoire?

    Répondre
  • 12 novembre 2007 à 1 01 39 113911
    Permalink

    Certainement. Il n’y a rien de plus aléatoire que le rationnel, malgré les prophètes de l’intelligence artificielle.

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :