Table du lundi : « ligne de sentiment » , papiers froissés et prix Rossel 2007

img_4558.1196096199.JPG

La « ligne de coupe », en couture, est la ligne continue imprimée sur un patron indiquant l’emplacement de la coupe alors que la « ligne de sentiment » est la portion de la ligne de coupe, tracée à main levée, pour obtenir un effet plus naturel.

En amour, comme dans la vie, certains préfèrent s’en tenir à un « patron », à un « gabarit », d’autres lèvent la main et, en un geste libre et souverain, inventent un tracé inédit. Haute couture? calligraphie zen? la vie comme une oeuvre?

3 réflexions au sujet de « Table du lundi : « ligne de sentiment » , papiers froissés et prix Rossel 2007 »

  • 29 novembre 2007 à 2 02 02 110211
    Permalink

    Belle table qui découpe et retisse pour avancer …
    Oui vieille très vieille alliance entre rêve de vie et coupure du tissu mais encore ne faut-il pas « couper le tissu » en n’importe quel sens. Comme pour « le sens » du diamant, il y a un fil à suivre qui est plus adéquat qu’un autre – que seul on découvre entre soi et soi ; même si on peut tenter de le communiquer à autrui. Ce que Jean-Pierre Vernant fait également si bien dans ce qui suit :

    « Ceux qui sont fidèles le sont en amour et en amitié. Cela ne veut pas dire qu’ils ne rompent pas ; on peut couper le tissu pour être fidèle, fidèle à soi-même. Mais il y a des gens qui ne veulent pas être fidèles, qui éprouvent le besoin, à chaque moment, de rompre non seulement avec ceux qui étaient leurs amis, mais avec eux-mêmes. Ils ne peuvent être eux-mêmes qu’en coupant non seulement le tissu qui les unit aux autres, mais aussi celui qui les unit à eux-mêmes » extrait de Jean-Pierre Vernant, « Tisser l’amitié » in Entre mythe et politique, Seuil, « La Librairie du XXIe siècle »,1996, p.30 (repris dans ses « Oeuvres », un coffret de deux volumes au Seuil, 2007).

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :