Jeu de cartes : Tante Léonie, Nietzsche, Humphrey Bogart, poupées de Peynet

img_4561.1196260584.JPG

« Son lit longeait la fenêtre, elle avait la rue sous les yeux et y lisait du matin au soir, pour se désennuyer, à la façon des princes persans, ma chronique quotidienne mais immémoriale de Combray, qu’elle commentait ensuite avec Françoise. »

Marcel Proust, A la recherche du temps perdu.

« Ne sommes-nous pas toujours assis à une grande table de moquerie et de jeu? »

Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra.

2 réflexions au sujet de « Jeu de cartes : Tante Léonie, Nietzsche, Humphrey Bogart, poupées de Peynet »

  • 29 novembre 2007 à 2 02 04 110411
    Permalink

    Nietzsche aurait adoré le cinéma de Bergman – et de Fellini aussi

    Répondre
  • 29 novembre 2007 à 12 12 34 113411
    Permalink

    que veut dire ce rectangle ou le RIEN domine?

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :