Le jeu de la bobine

img_6740.1223820926.jpg

Le petit fils de Freud, âgé de 18 mois, en l’absence de sa mère, lance au loin une bobine en criant « oooooo », puis accompagne sa réapparition d’un joyeux « Da! » : là voilà.

« La bobine joue parce qu’elle peut se dévider, disparaître (…), parce que son fil peut casser ou résister, parce qu’elle peut tout d’un coup perdre toute son aura pour l’enfant (…) Elle est fragile, elle est quasi. En un sens, elle est sublime. »

G.Didi-Huberman, « La plus simple image », NRP, n°44, p.77.

5 réflexions au sujet de « Le jeu de la bobine »

  • 12 octobre 2008 à 18 06 27 102710
    Permalink

    Bonjour Ly,

    Très belle composition qui me rappelle un peu Bellmer.

    Répondre
  • 12 octobre 2008 à 18 06 46 104610
    Permalink

    1° d’accord aussi avec la remarque de Miladus;
    2° pour moi par contre j’y trouve l’expression d’une constante. la bobine ne revient-elle pas toujours captivée par son fil ? pourvu que l’on l’anime bien sur!!!

    Répondre
  • 12 octobre 2008 à 21 09 18 101810
    Permalink

    Miladus, Bellmer…soit, but it is not my cup of tea.

    Sorella, Oui, la bobine revient toujours si son fil ne se rompt pas. Mais la bobine est une image du va et vient, de la présenc et de l’absence, du coeur qui bat, de la vague.

    Répondre
  • 12 octobre 2008 à 22 10 10 101010
    Permalink

    Moi non plus (d’où l’hésitation dans ma remarque).

    Répondre
  • 13 octobre 2008 à 0 12 34 103410
    Permalink

    Merci pour l’hésitation.
    Mais peut-être pourrais-je dans une autre composition employer la main de bois en montrant la finesse des doigts. ici elle apparaît peut-être trop rigide.

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :