Esquive

img_6777.1224745551.jpg

Il ne reste qu’à tricher avec la langue, qu’à tricher la langue. Cette tricherie salutaire, cette esquive, ce leurre magnifique, qui permet d’entendre la langue hors-pouvoir, dans la splendeur d’une révolution permanente du langage, je l’appelle pour ma part : littérature.

Roland Barthes, Leçon, 1978.

2 réflexions au sujet de « Esquive »

  • 23 octobre 2008 à 9 09 32 103210
    Permalink

    magnifique la femme au turban sous la loupe

    Littérature dit Barthes, mais j’ajouterai : authenticité, vérité. Dommage que les paroles ne sont pas toujours écrites, elles deviendraient souvent « littérature ».

    Répondre
  • 27 octobre 2008 à 17 05 17 101710
    Permalink

    la femme au turban, la vraie,
    je la connais,;
    elle est belle
    et je l’admire et je l’aime.
    sa langue ce n’est pas la langue de Barhes – mais une autre langue, très belle aussi – et c’est aussi de la littérture.

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :