Alice était bien misérable ce jour-là….

« Alice était bien misérable ce jour-là. C’était un dimanche. Elle n’avait croisé personne sur son chemin, ni Dinah, ni le Ver à Soie, ni aucune autre sorte de créature qui aurait pu l’encourager ou la consoler, l’aider à accepter la perte et la décomposition.

Elle ne dormait plus ; elle ne mangeait plus. Tout disparaissait sous ses doigts. Sans rime ni raison. Dès qu’elle se penchait pour cueillir une fleur, celle-ci se fanait, si elle s’approchait d’un papillon, il s’évanouissait.

Au milieu de l’après-midi, elle voulut se distraire, commença à lire une histoire russe, celle de l’homme qui découvrait qu’il avait perdu son nez.

Cette disparition, avait-il d’abord espéré, n’était qu’une illusion, une telle mésaventure paraissait proprement impossible. Pour se convaincre qu’il n’en était rien, il entra dans une confiserie afin d’y trouver un miroir où se mirer. Il ne s’était pas trompé, son nez n’était plus là, rassurant au milieu du visage.

La tête entre les mains, Alice poursuivait sa lecture de Gogol lorsqu’elle remarqua que ses cheveux n’étaient plus là où ils devaient être. Ils gisaient répandus autour d’elle. Elle toucha son crâne, il était nu comme celui d’un nouveau-né.

A coup sûr, se dit Alice, il n’y avait aucun doute, cette disparition signait le commencement du commencement. »


(« La Reine Alice », p. 23-24.)

6 réflexions au sujet de « Alice était bien misérable ce jour-là…. »

  • 26 février 2011 à 15 03 25 02252
    Permalink

    Je viens de lire une critique très élogieuse de votre livre écrite par un ami
    je vous en donne un petit extrait
    « …Elle cherche les mots pour dire cet univers où l’on vit d’une fiction absolue(ce qui nous arrive n’est tout bonnement pas possible, ne peut advenir) et pourtant d’une cruelle réalité. Elle s’accompagne d’une phrase de Diderot » Sensible dans le tout et secret dans chaque point ». Un jour, Alice n’aura plus peur de rien, elle éclatera de rire. Son épreuve, son « trésor », elle en fera un conte, un livre unique, d’une délicatesse, d’une humanité rares.

    je cours acheter votre livre…

    Répondre
  • 17 mars 2011 à 13 01 33 03333
    Permalink

    Merci à vous pour ce livre émouvant tout en tendresse et humour à l’élégance folle.
    Elisanne

    Répondre
  • 18 mars 2011 à 17 05 13 03133
    Permalink

    Merci à vous, merci de transmettre votre lecture… Je me suis promenée sur votre blog à mon tour…. Photos d’Alasace…
    Belle journée

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :