CORPS

CORPS

«  – Connaît-il la sentence ?

–  Non, dit l’officier.

Et il allait poursuivre immédiatement ses explications quand le voyageur l’interrompit :

–       Il ne connaît pas sa propre sentence ?

–       Non, répéta l’officier en s’arrêtant un instant comme pour permettre au voyageur de motiver plus précisément sa question.

Puis il dit :

–       Il serait inutile de la lui faire savoir puisqu’il va l’apprendre sur son corps. (…) l’homme la déchiffre sur ses plaies. »

Franz Kafka

La Colonie pénitentiaire.

 

« Personne, en vérité, n’a encore abordé cette tâche immense dont Mauss soulignait l’urgente nécessité, à savoir l’inventaire et la description de tous les usages que les hommes, au cours de l’histoire et surtout à travers le monde, ont fait et continuent de faire de leurs corps. (…) (dresser) (l’inventaire de toutes les possibilités du corps humain et des méthodes d’apprentissage et d’exercice employées pour le montage de chaque technique, représenteraient une œuvre véritablement internationale : car il n’y a pas, dans le monde, un seul groupe humain qui ne puisse apporter à l’entreprise une contribution originale. Et de plus, il s’agit là d’un patrimoine commun et immédiatement accessible à l’humanité tout entière, dont l’origine plonge au fond des millénaires, dont la valeur pratique restera toujours actuelle et dont la disposition générale permettrait, mieux que d’autres moyens, parce que sous forme d’expériences vécues, de rendre chaque homme sensible à la solidarité, à la fois intellectuelle et physique, qui l’unit à l’humanité tout entière. L’entreprise serait aussi éminemment apte à contrecarrer les préjugés de race, puisque, en face des conceptions racistes qui veulent voir dans l’homme un produit de son corps, on montrerait au contraire que c’est l’homme qui, toujours et partout, à su  faire de son corps un produit de ses techniques et de ses représentations. »

Claude Lévi-Strauss

Introduction à l’œuvre de M. Mauss

In Sociologie et anthropologie

PUF, 1950, p. XIII.

«  Il est presque impossible d’interpréter correctement les rites qui font appel aux excréments, au lait maternel, à la salive, etc. si l’on ignore que le corps est un symbole de la société, et que le corps humain reproduit à une petite échelle les pouvoirs et les dangers qu’on attribue à la structure sociale. »

Mary Douglas,

De la souillure,

Maspero, 1981, p. 131.

 

«  A l’ouest de Londres, un jeune garçon (d’une minorité ethnique) a été enlevé par deux individus qui lui ont gravé au couteau sur la poitrine les lettres ‘ NF ’, initiales de l’organisation d’extrême-droite ‘ National Front ’ ».

MRAP, Chronique du flagrant racisme,

Ed. La Découverte, 1984, p. 105.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s