HAINE

HAINE

« Se refusant à croire que les trois visages qui l’avaient toisé tout à coup dans la nuit avec mépris et fureur n’en voulaient qu’à son argent, il s’abandonnait au sentiment que de la haine s’était coagulée là contre lui et répartie en personnages ; et, tandis que les rôdeurs l’insultaient déjà grossièrement, il se réjouissait à l’idée que ce n’étaient peut-être nullement des rôdeurs, mais des bourgeois comme lui, tout juste un peu ivres, débarrassés des inhibitions encore attachées à sa figure de passant, et qui se d »chargeaient sur lui d’une haine en suspension dans l’air, tel un orage toujours près à éclater, sur lui comme sur n’importe qui d’autre ».

Robert Musil,

L’Homme sans qualités, Le Seuil, tome I, 7,

Traduction de Philippe Jaccottet.

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s