Biographie : LYDIA FLEM

Lydia Flem est écrivaine, psychanalyste et photographe.

Membre de l’Académie Royale de Belgique, elle vit à Paris et à Bruxelles..

Littérature

Elle a publié des livres traduits en une vingtaine de langues.

Dernière parution : « La Vie quotidienne de Freud et de ses patients », avec une préface de Fehti Benslama, réédition au Seuil, « La Librairie du XXIe siècle », 2018.

Elle est l’auteure notamment de « Comment j’ai vidé la maison de mes parents » (2004) , « La Reine Alice » (2011) et « Je me souviens de l’imperméable rouge que je portais l’été de mes vingt ans »(2016) , collection » La Librairie du XXI e siècle », dirigée par Maurice Olender, Seuil.

Biographie

Née d’un père russe, Boris Flem (Saint-Pétersbourg, 1923 – Bruxelles, 2001) et d’une mère française, Edith Esser (Cologne, 1921- Bruxelles, 2003), qui se sont rencontrés en Suisse, à Leysin en 1946, puis  mariés en Belgique le 1er décembre 1949.

Sa mère, sous le nom de Jacqueline Monnier, appartînt à la Résistance à Grenoble. Déportée en 1944 à Auschwitz (arrêtée à Grenoble, elle fit partie du convoi n°78 qui quitta Lyon le 11 août 1944 avec environ 650 personnes à son bord et arriva à Auschwitz le 22 août ). Libérée, elle est revenue à l’hôtel Lutetia le 23 juillet 1945.

Photographies

Le Journal implicite. Photographies 2008-2012, Editions La Martinière/ Maison européenne de la photographie, 2013.

Ses photographies ont été exposées à l’Imec (Caen, 2010),  à Contretype (Bruxelles, 2011-2012), au 6e Mois européen de la photographie à l’Institut français de Berlin en automne 2014 , à la Maison européenne de la photographie à Paris du 15 avril au 14 juin 2015.

Elle est représentée par la Galerie Françoise Paviot qui l’a exposée à la Fiac, ParisPhoto et Art Paris depuis 2015.

De nombreuses études,  thèses et articles ont paru sur son oeuvre d’écrivain et de photographe.

*

   Bibliographie :

 aux éditions du Seuil dans la collection « La Librairie du xxie siècle » dirigée par Maurice Olender :

ainsi que :

En poche, dans la collection « Points  » :

  • L’homme Freud. Une biographie intellectuelle.
  • Casanova, l’homme qui aimait vraiment les femmes.
  • Comment j’ai vidé la maison de mes parents.
  • Lettres d’amour en héritage.
  • La Reine Alice
  • Comment je me suis séparée de ma fille et de mon quasi-fils
  • Panique

Textes dans des Ouvrages collectifs :

  • Sigmund Freud. Judaism Essential and Mysterious, « Makers of Jewish Modernity », Princeton University Press, 2016.
  • Freud, Les Cahiers de l’Herne, « La vie quotidienne de Freud et ses patients à Vienne » (p.45-52) et « S.Freud, un judaïsme des lumières, une fidélité ‘mystérieuse’ et ‘capitale' » (p.53-60), 2015.
  • Rubens et son héritage. Sensation et sensualité,  « L’oeil du désir », Bozar, 2014.
  • Opéra, revue Pylône n°9, éd. Gilles Collard, « Voluptés », p.128-131.
  • Jean-Pierre Vernant. Dedans dehors (éd.M. Olender et F.Vitrani), « De l’amitié », p.29-32, Le Genre humain 53, 2013.
  • Ruptures (éd. René Frydman, Muriel Flis-Trèves), « Perdre, créer : la littérature existe parce que la réalité ne nous suffit pas », p.107-108, PUF, 2013.
  • Lexique Nomade, « Intime », Assises du roman 2012, Le Monde, Villa Gillet, p.35-36, éd.Christian Bourgois, 2012.
  • La question de la vérité, entretien de Raphaëlle Rérolle avec Lydia Flem, Catherine Millet, Camille Laurens, Assises du roman 2012, p.7-41, éd. Christian Bourgois, 2012.
  • Casanova et le choix du bonheur, Télérama hors série, p.59, à l’occasion de l’exposition à la Bnf, « Casanova, la passion de la liberté », 2012.
  • Pensez Lisez, « Dolto », p.42-43, éd Points, 2010.
  • Les Madeleines de nos auteurs, (sous la dir. Apolline Elter), Soupe aux lentilles et crumble aux pommesp. 93-101, Racine, 2008.
  • Compartiment auteurs, 2007, Au fond de l’impasse, nouvelle, p. 55-60, (offert aux voyageurs par la SNCB à l’occasion de la Foire du Livre de ), 28 février 2007.
  • Festival d’Aix-en-Provence, texte pour le programme de l’opéra « Julie » d’après Strinberg, musique de Boesmans.
  • Rooms, récits, (sous la dir. Olivier Rolin), , Chambre 258, hôtel Waldhaus, Sils-Maria, p. 104-110, Seuil, La librairie du XXIe siècle , 2006.
  • Séduction et sociétés, Approches historiques (sous la dir.Cécile Dauphin et Arlette Farge),  « Opéra : délices de l’oreille, voix de la séduction », p. 330-346, Seuil, 2001.
  • En substances, textes pour Françoise Héritier, Fayard, 2000, Cherubino d’amore, p. 555-560. Traduit en espagnol dans la revue Microfisuras, no 10, 2000.
  • Construire l’histoire, Monographies de la Revue française de psychanalyse, Archives de l’inconscient ou fiction théorique ? PUF, 1998.
  • La violence des familles, D’Œdipe à Figaro : une mise en scène de l’inceste, Autrement éd., 1997.
  • Lettres à l’amant, (dix-sept lettres d’écrivain au féminin), Lettre à Paul Celan, Colophon Imprimeur, Grignan, 1997.
  • L’art est-il une connaissance?, (R.P.Droit éd.), Et il est bien permis de pousser un soupir. Freud et l’énigme de la création, Le Monde éd., 1993.
  • La curiosité, (Nicole Czechowski éd.) Freud et Casanova : scènes d’enfance et de curiosité, Autrement éd., 1993.
  • Bruxelles-Transit, Samy Szlingerbaum, (A.Nysenholc éd.), Bruxelles-Transit, Bruxelles-Transfert, Bruxelles, Complexe, 1989, p. 93-97.

 

Facebook Lydia Flem