Biographie et bibliographie

Lydia Flem à Bruxelles @Hugues Vas

Lydia Flem est écrivaine, psychanalyste et photographe. Membre de l’Académie Royale de Belgique, elle vit à Paris et à Bruxelles.

Elle a publié une quinzaine de livres traduits dans plus de 20 langues.

De nombreuses études ont paru sur son oeuvre d’écrivain et de photographe.

Biographie

Née d’un père russe, Boris Flem (Saint-Pétersbourg, 1923 – Bruxelles, 2001) et d’une mère française, Edith Esser (Cologne, 1921- Bruxelles, 2003), qui se sont rencontrés en Suisse, à Leysin en 1946, puis mariés en Belgique le 1er décembre 1949, Lydia Flem est née à Bruxelles le 15 juillet 1952.

Sa mère, sous le nom de Jacqueline Monnier, fut membre de la Résistance à Grenoble. Déportée en 1944 à Auschwitz (arrêtée à Grenoble, elle fit partie du convoi n°78 qui quitta Lyon le 11 août 1944 avec environ 650 personnes à son bord et arriva à Auschwitz le 22 août ). Libérée, elle est revenue à l’hôtel Lutetia le 23 juillet 1945.

Lydia Flem a fait des études de sciences politiques et sociologie à l’Université Libre de Bruxelles, puis des études de psychologie à l’Université de Nice.

Elle est l’assistante de Menie Grégoire à RTL, Paris, en 1974 et 1975 pour son émission La Responsabilité sexuelle (sujet de son mémoire de sociologie) . Entre 1977 et 1980, elle se forme à la psychanalyse d’enfants à l’Université catholique de Louvain, dans un centre supervisé par Françoise Dolto. Elle est membre de la Société belge de psychanalyse depuis 1986.

Invitée par Bernard Pivot à Apostrophes en 1986, pour son livre La vie quotidienne de Freud et de ses patients, elle connaît alors son premier grand succès public.

   Bibliographie :

 aux éditions du Seuil dans la collection « La Librairie du xxie siècle » dirigée par Maurice Olender :

ainsi que :

En poche, dans la collection « Points  » :

  • L’homme Freud. Une biographie intellectuelle.
  • Casanova, l’homme qui aimait vraiment les femmes.
  • Comment j’ai vidé la maison de mes parents.
  • Lettres d’amour en héritage.
  • La Reine Alice
  • Comment je me suis séparée de ma fille et de mon quasi-fils
  • Panique

Photographies

Ses photographies ont été exposées à l’Imec (Caen, 2010),  à Contretype (Bruxelles, 2011-2012), au 6e Mois européen de la photographie à l’Institut français de Berlin en automne 2014 , à la Maison européenne de la photographie à Paris du 15 avril au 14 juin 2015. Elle est représentée par la Galerie Françoise Paviot qui l’a exposée à la Fiac, ParisPhoto et Art Paris depuis 2015.

Catalogue : Journal implicite. Photographies 2008-2012, Editions La Martinière/ Maison européenne de la photographie, 2013.

Textes dans des Ouvrages collectifs :

  • Sigmund Freud. Judaism Essential and Mysterious, « Makers of Jewish Modernity », Princeton University Press, 2016.
  • Freud, Les Cahiers de l’Herne, « La vie quotidienne de Freud et ses patients à Vienne » (p.45-52) et « S.Freud, un judaïsme des lumières, une fidélité ‘mystérieuse’ et ‘capitale' » (p.53-60), 2015.
  • Rubens et son héritage. Sensation et sensualité,  « L’oeil du désir », Bozar, 2014.
  • Opéra, revue Pylône n°9, éd. Gilles Collard, « Voluptés », p.128-131.
  • Jean-Pierre Vernant. Dedans dehors (éd.M. Olender et F.Vitrani), « De l’amitié », p.29-32, Le Genre humain 53, 2013.
  • Ruptures (éd. René Frydman, Muriel Flis-Trèves), « Perdre, créer : la littérature existe parce que la réalité ne nous suffit pas », p.107-108, PUF, 2013.
  • Lexique Nomade, « Intime », Assises du roman 2012, Le Monde, Villa Gillet, p.35-36, éd.Christian Bourgois, 2012.
  • La question de la vérité, entretien de Raphaëlle Rérolle avec Lydia Flem, Catherine Millet, Camille Laurens, Assises du roman 2012, p.7-41, éd. Christian Bourgois, 2012.
  • Casanova et le choix du bonheur, Télérama hors série, p.59, à l’occasion de l’exposition à la Bnf, « Casanova, la passion de la liberté », 2012.
  • Pensez Lisez, « Dolto », p.42-43, éd Points, 2010.
  • Les Madeleines de nos auteurs, (sous la dir. Apolline Elter), Soupe aux lentilles et crumble aux pommesp. 93-101, Racine, 2008.
  • Compartiment auteurs, 2007, Au fond de l’impasse, nouvelle, p. 55-60, (offert aux voyageurs par la SNCB à l’occasion de la Foire du Livre de ), 28 février 2007.
  • Festival d’Aix-en-Provence, texte pour le programme de l’opéra « Julie » d’après Strinberg, musique de Boesmans.
  • Rooms, récits, (sous la dir. Olivier Rolin), , Chambre 258, hôtel Waldhaus, Sils-Maria, p. 104-110, Seuil, La librairie du XXIe siècle , 2006.
  • Séduction et sociétés, Approches historiques (sous la dir.Cécile Dauphin et Arlette Farge),  « Opéra : délices de l’oreille, voix de la séduction », p. 330-346, Seuil, 2001.
  • En substances, textes pour Françoise Héritier, Fayard, 2000, Cherubino d’amore, p. 555-560. Traduit en espagnol dans la revue Microfisuras, no 10, 2000.
  • Construire l’histoire, Monographies de la Revue française de psychanalyse, Archives de l’inconscient ou fiction théorique ? PUF, 1998.
  • La violence des familles, D’Œdipe à Figaro : une mise en scène de l’inceste, Autrement éd., 1997.
  • Lettres à l’amant, (dix-sept lettres d’écrivain au féminin), Lettre à Paul Celan, Colophon Imprimeur, Grignan, 1997.
  • L’art est-il une connaissance?, (R.P.Droit éd.), Et il est bien permis de pousser un soupir. Freud et l’énigme de la création, Le Monde éd., 1993.
  • La curiosité, (Nicole Czechowski éd.) Freud et Casanova : scènes d’enfance et de curiosité, Autrement éd., 1993.
  • Bruxelles-Transit, Samy Szlingerbaum, (A.Nysenholc éd.), Bruxelles-Transit, Bruxelles-Transfert, Bruxelles, Complexe, 1989, p. 93-97.
DSC_0358_2
Facebook Lydia Flem
IMG_1985

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lydia_Flem

*